En VIP chez Bohin France !

Lundi 4 Juin 2018, jour historique pour nos 10 merceries en visite VIP chez Bohin France.

Après la bonne soirée d’hier, voilà nos mercières et merciers arrivés à la Manufacture Bohin.

On commence par un petit café et l’historique de Bohin, raconté avec passion par Audrey Regnier, nouvelle dirigeante de Bohin.

 

 

Savez-vous que Benjamin Bohin, le fondateur de l’entreprise, a voulu devenir contre-maitre à l’âge de 11 ans ? Son père ayant refusé, il a fugué vers le Havre, pour s’embarquer sur un paquebot à destination des Etats-Unis. Des amis de la famille l’ayant reconnu, l’ont ramené à ses parents.

Qu’importe, il renouvelle sa demande à l’âge de 15 ans, puis de 17 ans. Son père accepte alors de lui céder la direction de l’entreprise. Et voilà que commence la belle aventure Bohin !

Le voici ici, bien des années plus tard, avec son fils Paul, qui reprendra lui aussi les rênes de l’entreprise.

Tout le monde est attentif. Il faut dire qu’Audrey Regnier transmet sa passion pour Bohin avec enthousiasme, et que le public du jour est très réceptif 😉

Sur les murs, une magnifique exposition d’ouvrages prêtés par France Patchwork.

Savez-vous qu’il y 27 étapes à suivre pour fabriquer une aiguille ? Découvrez-ici, toutes les phases de la fabrication en vidéo.

 

Du choix du fil à la mise en sachet, les employés de la Manufacture Bohin, très spécialisés, s’activent et « bichonnent » leurs aiguilles pour offrir la meilleure qualité !

Les machines sont « d’époque ». Le réglage est l’affaire du technicien qui dompte les bêtes pour qu’elles travaillent parfaitement.

Ici la machine qui sert à l’estampage et au perçage des aiguilles.

Il faut ensuite séparer les aiguilles et « ébavurer » les bords extérieurs des chas pour qu’ils soient lisses.

La machine pour les grosses aiguilles

L’ébavurage des grosses aiguilles se fait à la main

Et voici Victor, la vedette du triage des aiguilles !

Dans un grand tiroir, toutes les aiguilles se rangent avec le chas du même côté, sous les ordres de Victor !

Il faut deux ans « attraper » le coup de main.

Les aiguilles sont ensuite rangées dans une toile cirée pour partir au polissage.

Nous voilà maintenant devant les épingles à tête de verre… de Murano, s’il vous plait !

Nos merciers et mercières n’en perdent pas une miette.

Un tube de pâte de verre descend petit à petit. Une flamme chauffe le tube et dépose une goutte de verre au bout de l’épingle. Une machine par couleur !

En fond d’image, les tubes de pâte de verre qui attendent leur tour.

Maintenant, les épingles à nourrice ou épingles de sûreté à boule.

La surveillance de la machine est permanente.

Et voilà le résultat ! Il reste juste à passer l’épingle au nickelage.

D’autres étapes encore, des belles machines et toujours des employés heureux de montrer leur savoir-faire.

L’étape du piquage des aiguilles sur le ruban nous rapproche de la fin du processus.

Et enfin, la mise sous blister. Voilà la pochette prêt à partir dans les boutiques !

C’est notre jour de chance : la machine appelée « Carrousel » tourne aujourd’hui !

C’est avec cette machine que l’on pique les assortiments d’aiguilles sur les rubans, avant de les mettre sous blister.

Savez-vous qu’il faut presque une semaine de réglage pour la mettre en route ?

Souhaitons bon courage aux deux collaborateurs Bohin 😉

Ensuite, direction l’espace « Exposition temporaire » avec des oeuvres textiles sur le thème « Du rouge garance au bleu horizon« .

Nous sommes hors du temps, mais à l’extérieur la vie continue !

Dernière étape de la visite : le musée.

Des centaines d’archives ont été retrouvées dans les locaux. Certaines sont mises en avant dans le musée.

Benjamin Bohin n’avait pas seulement la fibre créative, il avait aussi une excellente plume !

« LA » robe d’épingles… C’est juste époustouflant !

Nos 10 boutiques VIP !

Savez-vous que Bohin a aussi fabriqué des saphirs pour les phonographes et nos vieux tourne-disques ?

On termine la visite par la boutique Bohin.

 

Quelques épingles de collection : les têtes de verre ne sont pas régulières. Chaque épingle est unique et chacune est une oeuvre !

Et ici, on peut revoir toutes les étapes de la fabrication de nos précieuses aiguilles Bohin !

On termine la matinée autour d’un apéritif local à base de jus de pomme ou de cidre et de produits locaux, dont la fameuse Teurgoule.

Heummm ! tout le monde s’est régalé !

Merci à Bohin France de nous avoir accueillis dans ses locaux.

Merci à nos 10 boutiques VIP d’être venues des 4 coins de France pour cette visite.

Benjamin Bohin avait créé, il y a 185 ans, une entreprise familiale.

Les années ont passé, les dirigeants ont changé, mais l’âme familiale de Bohin est toujours là, la passion d’Audrey et de Fabien Regnier anime cette belle Manufacture.

Les projets ne manquent pas et vous entendrez parler de Bohin encore longtemps !

Le gentil fantôme de Benjamin doit s’y promener encore la nuit, et gageons qu’il doit être fier de celle belle entreprise Française 😉

Nos 10 boutiques VIP :

Allée de la Mercerie, Mr et Mme Jean-Louis Plazolles, 34070 Montpellier

Boutique Nanou, Mme et Mr Annie Quintaine, 83130 La Garde

Mercerie Boiveau, Mme Boiveau Marcelle, 85000 La Roche sur Yon

L’Avouilla, Mme Christelle Rosier, 74890 Bons en Chablais

Les Petites AbeillesAu bonheur des dames, Mme Deborah Dycke, 59200 Tourcoing

Au Fil d’Ange’lle, Mme Dubreu, 36100 Issoudun

A bout de fil, Mme Vuillier Marie-France, 75003 Paris

La Maison de la machine à Coudre, Mr et Mme Thierry et Cécile Bériot, 38000 Grenoble

Léonie Pique Pique, Mme Virginie Rondoz et Mr Simonnet, 75015 Paris

Tissus de la Mine, Mmes Anita Dauvillon et Carole Roynard, 49480 Saint Sylvain d’Anjou

Retrouvez aussi les reportages sur Bohin France ici et ici.

4 thoughts on “En VIP chez Bohin France !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.